Ministère de la Justice
MÉTIERS
 
 

Conseiller pénitentiaire d'insertion et probation

"L'objectif est d’aider les personnes placées sous main de justice dans leurs démarches d’insertion, de contrôler le respect de leurs obligations imposées par l'autorité judiciaire (indemnisation, soins…), ainsi qu’œuvrer à la compréhension de leur peine et participer à la prévention de la récidive".

>> Voir les vidéos témoignages de CPIP et de formateur de personnels d'insertion et de probation

 

Qu'est-ce qu'un SPIP? Les fonctions Qualités Évolution de carrière
 
Des affectations multiples Une formation qualifiante Les conditions d'accès Le statut et la rémunération

 

Le service pénitentiaire d'insertion et de probation (SPIP)

Le SPIP pour mission principale la prévention de la récidive. Pour cela, il est chargé de réaliser une évaluation de la personne et d’assurer un accompagnement adapté afin de trouver des solutions aux problématiques identifiées chez la personne suivie.

Il assure également le contrôle et le respect des obligations prononcées par l’autorité judiciaire et aide à la décision judiciaire, par la transmission de rapports réguliers aux magistrats.

Le SPIP intervient au sein des établissements pénitentiaires – milieu fermé – mais également auprès des personnes suivies en milieu ouvert. Dans les deux cas, le SPIP assure le suivi avant que la condamnation définitive soit rendue (présententiel) ou après celle-ci (post sententiel).

Le SPIP est doté d’une équipe pluridisciplinaire avec des compétences diverses, indispensables à l’évaluation et la prise en charge du public suivi. Sous l’autorité du directeur pénitentiaire d’insertion et de probation, elle est composée de conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation (CPIP), surveillants pénitentiaires, psychologues, assistants de service social, coordinateurs culturels, éducateurs, personnels administratifs.

Service à compétence départementale, il travaille en étroite collaboration avec les autorités judiciaires et les principaux acteurs institutionnels (collectivités territoriales, associations…).

> Voir la plaquette SPIP "Prévenir la récidive"

 

Les fonctions

> Voir la fiche RIME (Répertoire Interministériel des Métiers de l'Etat) de présentation du métier de CPIP

Les conseillers pénitentiaires d'insertion et de probation ont pour missions d'aider à la décision judiciaire et de participer à l’individualisation des peines et à leur exécution.

En prison

Les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation accompagnent les personnes détenues dans le cadre d’un parcours d’exécution des peines.

  • Ils aident à la décision judiciaire et à l'individualisation des peines : ils proposent des mesures d’aménagement de peine au magistrat compétent et veillent au respect des obligations (travail, soins, indemnisation des victimes...) prononcées par l’autorité judiciaire.
  • Ils aident à la préparation à la sortie de prison : il s’agit de faciliter l'accès des personnes incarcérées aux dispositifs d’insertion et de droit commun (logement, soin, formation, travail…). Pour ce faire, les personnels pénitentiaires d’insertion et de probation  développent et coordonnent un réseau de partenaires institutionnels et associatifs.
  • Ils luttent contre la désocialisation des personnes détenues.

En milieu ouvert
Les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation interviennent dans le cadre d’un mandat judiciaire.

  • Ils apportent à l'autorité judiciaire tous les éléments d'évaluation utiles à la préparation et à la mise en œuvre des condamnations.
  • Ils aident les personnes condamnées à comprendre la peine. Ils impulsent avec elles une dynamique de réinsertion notamment par la mise en place de programme de prévention de la récidive.
  • Ils s'assurent du respect des obligations imposées aux personnes condamnées à des peines restrictives ou privatives de liberté (semi-liberté, travail d'intérêt général, libération conditionnelle, détention à domicile sous surveillance électronique et assignation à résidence sous surveillance electronique…)
  • Dans le cadre des politiques publiques, ils favorisent l’accès des personnes placées sous main de justice aux dispositifs d’insertion sociale et professionnelle.

Pour mener à bien ces différentes missions, ils travaillent au sein d’une équipe pluridisciplinaire, sous l’autorité directe d’un directeur pénitentiaire d’insertion et de probation (DPIP) et s'appuient sur un réseau de partenaires institutionnels et associatifs.

 


Podcast : les missions du conseiller pénitentiaire d'insertion et probation 

 

Qualités :
  • Un grand sens de l'écoute
  • Le goût de l'humain
  • Une ouverture d'esprit
  • Une grande rigueur

  • Le goût pour le travail en équipe
  • Des capacités d'adaptation

Retour haut de page

 

Évolution de carrière

Titularisés à l’issue de deux années de formation, les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation bénéficient d’un déroulement de carrière en 2 grades :

  • conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation de seconde classe (échelon d’élève et 12 échelons) puis de première classe (9 échelons)
  • conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation de classe exceptionnelle (9 échelons)

Ils peuvent accéder au corps des directeurs pénitentiaires d'insertion et de probation, soit par examen professionnel accessible après 4 ans de services effectifs dans le corps et un an d’ancienneté au 6e échelon pour les CPIP de seconde classe, soit par promotion au choix pour les CPIP de première classe et de classe exceptionnelle (s’ils ont au moins 6 ans de services effectifs dans le corps et un an d’ancienneté au 3e échelon).

Ils peuvent aussi évoluer vers le corps de directeur des services pénitentiaires, notamment par concours interne après 4 ans de service public.

 

Voir le Code de déontologie du service public pénitentiaire

 

Retour haut de page

 

Des affectations multiples

Les personnels pénitentiaires d’insertion et de probation sont affectés principalement au sein des 104 services pénitentiaires d'insertion et de probation ou de l'une de leurs antennes. Ils peuvent aussi être affectés au centre national d'évaluation, en direction interrégionale,à l'école nationale de l'administration pénitentiaire ou à l'administration centrale.

 

Une formation qualifiante

A l'issue du concours, les conseillers pénitentiaires d'insertion et de probation bénéficient d'une formation rémunérée de 24 mois (la formation des lauréats du concours externe sur titres est d'une durée d'un an). Cette formation comprend cours théoriques à l'École nationale d'administration pénitentiaire (Énap) à Agen et stages pratiques sur le terrain.

A l'école, la formation fait largement appel à l'intervention de praticiens extérieurs, universitaires et chercheurs. Droit et procédure pénale, réglementation pénitentiaire, sociologie, psychiatrie, criminologie permettent aux futurs conseillers pénitentiaires d'insertion et de probation de situer le contexte de leur intervention.

Des stages en SPIP, établissements pénitentiaires, tribunaux ou associations notamment, complètent la formation théorique.

A l'expiration de la période de stage, les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation de l’administration pénitentiaire stagiaires sont titularisés après avis de la commission administrative paritaire.

Retour haut de page

 

Les conditions d'accès

- Concours externe : vous avez bac+3 minimum ou justifiez d’un titre (ou diplôme) équivalent.

- Concours externe sur titres : vous êtes titulaire d’un diplôme homologué au moins au niveau Bac+3 ou équivalent dans les domaines social ou éducatif. Les lauréats de ce concours ne font qu’un an de formation.

- Troisième concours : candidats justifiant de l’exercice, pendant au moins 5 ans au cours des 10 années précédant l’ouverture du concours, de certaines activités professionnelles (poste comportant un bon niveau d’expertise dans les domaines social et éducatif, voire d’expertise juridique, postes d’encadrement ; dans le privé ou de profession libérale), d’un ou de plusieurs mandats de membre d’une assemblée élue d’une collectivité territoriale ou d’une ou de plusieurs activités en qualité de responsable, y compris bénévole, d’une association.

- Concours interne : vous êtes fonctionnaire ou agent public et vous justifiez de 4 ans de services effectifs au 1er janvier de l’année du concours. Le concours interne est également ouvert aux agents issus de la fonction publique hospitalière, aux militaires et aux agents en fonction dans une organisation intergouvernementale internationale.

 

Retour haut de page

 

Le statut et la rémunération

 

Rémunération nette mensuelle au 01.01.2021*

 1er échelonDernier  échelon
   
Élève conseiller pénitentiaire d'insertion et de probation1 495 €
(hors primes de stage)

1 726 €
(en stage)

   
Conseiller pénitentiaire d'insertion et de probation1 960 €3 217 €
   
Directeur pénitentiaire d'insertion et de probation2 083 €4 747 €
   
Directeur fonctionnel des services pénitentiaires d'insertion et de probation3 167 €5 764 €
   
* Rémunération nette mensuelle au 01.01.2021, y compris primes liées aux fonctions (PSS, IFPIP - au montant prévu par le PLF 2021 -, IFO pour les DPIP), hors primes liées à la situation familiale ou géographique.

Le corps des conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation est régi par le décret n° 2019-50 du 30 janvier 2019 portant statut particulier du corps des conseillers pénitentiaires d'insertion et de probation.

 

Télécharger la fiche métier CPIP

Retour haut de page

 

Liste des articles

23 octobre 2014

LivechatCPIP

Des réponses en direct sur le métier de CPIP

Posez vos questions sur le métier de CPIP à Philippe Pottier, directeur de l'Enap, en direct, le 06 novembre sur Campus-Channel.


13 septembre 2013

crédit photo Ministère de la Justice

Dans la peau d'un conseiller d'insertion et probation

Perrine et Adeline, CPIP en milieu fermé et ouvert, reviennent sur les raisons qui les ont poussées à choisir ce métier, leurs missions au quotidien et leurs souvenirs les plus marquants. Elles donnent aussi quelques conseils aux candidats qui souhaitent passer le concours.


 
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Répertoire des informations publiques |