Ministère de la Justice
MÉTIERS
 
 

Conseiller pénitentiaire d'insertion et probation

"L'objectif est d’aider les personnes placées sous main de justice dans leurs démarches d’insertion, de contrôler le respect de leurs obligations imposées par l'autorité judiciaire (indemnisation, soins…), ainsi qu’oeuvrer à la compréhension de leur peine et participer à la prévention de la récidive".

>> Voir également les vidéos témoignages de CPIP et de formateur de personnels d'insertion et de probation

 

Qu'est-ce qu'un SPIP? Les fonctions Qualités : pluridisciplinarité, sens de l'écoute et esprit de synthèse Évolution de carrière
 
Des affectations multiples Une formation qualifiante Les conditions d'accès Le statut et la rémunération

 

 

 

Le service pénitentiaire d'insertion et de probation (SPIP)

Le SPIP est un service à compétence départementale. Il intervient à la fois en milieu ouvert et en milieu fermé, auprès des personnes détenues (prévenues ou condamnées) et sur saisine des autorités judiciaires pour les mesures alternatives aux poursuites, présentencielles ou postsentencielles.

La mission essentielle du SPIP est la prévention de la récidive, à travers :

  • l’aide à la décision judiciaire et l’individualisation des peines,
  • la prévention de la récidive,
  • la (ré)insertion des personnes placées sous main de Justice,
  • le suivi et le contrôle de leurs obligations.

 

Les fonctions

> Voir la fiche RIME (Répertoire Interministériel des Métiers de l'Etat) de présentation du métier de CPIP

Les conseillers pénitentiaires d'insertion et de probation ont pour missions d'aider à la prise de décision judiciaire et de mettre à exécution les décisions pénales, restrictives ou privatives de liberté :

En prison

Les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation accompagnent les personnes détenues dans le cadre d’un parcours d’exécution des peines.

  • Ils aident à la décision judiciaire et à l'individualisation des peines: ils proposent des mesures d'aménagement de peine au juge de l’application des peines, en fonction de la situation du condamné.
  • Ils aident à la préparation à la sortie de prison : il s’agit de faciliter l'accès des personnes incarcérées aux dispositifs d’insertion et de droit commun (logement, soin, formation, travail…). Pour ce faire, les personnels pénitentiaires d’insertion et de probation  développent et coordonnent un réseau de partenaires institutionnels et associatifs.
  • Ils luttent contre la désocialisation des personnes détenues.

En milieu ouvert
Les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation interviennent dans le cadre d’un mandat judiciaire.

  • Ils apportent à l'autorité judiciaire tous les éléments d'évaluation utiles à la préparation et à la mise en œuvre des condamnations.
  • Ils aident les personnes condamnées à comprendre la peine. Ils impulsent avec elles une dynamique de réinsertion notamment par la mise en place de programme de prévention de la récidive.
  • Ils s'assurent du respect des obligations imposées aux personnes condamnées à des peines restrictives ou privatives de liberté (semi-liberté, travail d'intérêt général, libération conditionnelle, placement sous surveillance électronique…)
  • Dans le cadre des politiques publiques, ils favorisent l’accès des personnes placées sous main de justice aux dispositifs d’insertion sociale et professionnelle.

Pour mener à bien ces différentes missions, ils travaillent avec les autres personnels pénitentiaires et s'appuient sur un réseau de partenaires institutionnels et associatifs.

 


Podcast : les missions du conseiller pénitentiaire d'insertion et probation 

 

Qualités : pluridisciplinarité, sens de l'écoute et esprit de synthèse
  • Sens de l’écoute, ouverture d'esprit,
  • Capacité à mener des entretiens,
  • Esprit de synthèse et d'analyse,
  • Sens de l’initiative, goût du travail en équipe et autonomie,

  • Connaissances dans les domaines juridiques et les sciences humaines.

Retour haut de page

 

Évolution de carrière

 

Titularisés à l’issue de deux années de formation, les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation bénéficient d’un déroulement de carrière en 2 grades :

  • conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation de classe normale
  • conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation hors classe, par examen professionnel (s’ils ont au moins un an d’ancienneté au 6e échelon de leur grade et qu’ils justifient d’au moins 4 ans de services effectifs dans le corps) ou par promotion au choix (s’ils sont parvenus au 9eéchelon de leur grade et justifient d’au moins 7 ans de services effectifs dans le corps).

Ils peuvent accéder au corps des directeurs pénitentiaires d'insertion et de probation, soit par examen professionnel accessible après 4 ans de services effectifs dans le corps et un an d’ancienneté au 6e échelon de leur grade, soit par promotion au choix pour les CPIP hors classe (s’ils ont au moins 6 ans de services effectifs dans le corps et un an d’ancienneté au 3e échelon du grade hors classe).

 

Voir le Code de déontologie du service public pénitentiaire

 

Retour haut de page

 

Des affectations multiples

Les personnels pénitentiaires d’insertion et de probation sont affectés principalement au sein des 103 services pénitentiaires d'insertion et de probation ou de l'une de leurs antennes. Ils peuvent aussi être affectés au centre national d'évaluation, en direction interrégionale,à l'école nationale de l'administration pénitentiaire ou à l'administration centrale.

 

Une formation qualifiante

Les conseillers pénitentiaires d'insertion et de probation bénéficient d'une formation rémunérée (1 625 € net mensuel) de 24 mois. Celle-ci comprend cours théoriques à l'École nationale d'administration pénitentiaire (ÉNAP) à Agen et stages pratiques sur le terrain.

La première année, la formation fait largement appel à l'intervention de praticiens extérieurs, universitaires et chercheurs. Droit et procédure pénale, réglementation pénitentiaire, sociologie, psychiatrie, criminologie permettent aux futurs conseillers pénitentiaires d'insertion et de probation de situer le contexte de leur intervention. Des périodes de stages en milieux diversifiés (établissements pénitentiaires, tribunaux, associations...) viennent compléter ce premier cursus.

La seconde année, l’élève est nommé stagiaire et est affecté dans un service pénitentiaire d’insertion et de probation.

Des stages en établissements pénitentiaires, tribunaux ou associations notamment, complètent la formation théorique au cours des deux années de scolarité.


La titularisation intervient à l'issue de la seconde année après avoir satisfait aux épreuves du certificat d'aptitude aux fonctions de conseiller pénitentiaire d'insertion et de probation. Ces épreuves comportent la soutenance d'un mémoire réalisé en cours de formation.

Retour haut de page

 

Les conditions d'accès

 

Concours externe : il est ouvert aux personnes titulaires d’un diplôme sanctionnant la réussite de deux années d’enseignement supérieure après le baccalauréat soit d'un titre ou diplôme équivalent.

Concours interne : il est proposé aux fonctionnaires et agents de l'État, des collectivités territoriales ou établissements publics qui en dépendent, justifiant d’au moins 4 ans de services publics effectifs au 1er janvier de l’année du concours.

 

 

Retour haut de page

 

Le statut et la rémunération

 

Rémunération nette mensuelle au 01.01.2017,
primes incluses

 1er échelonDernier  échelon
   
Élève conseiller pénitentiaire d'insertion et de probation1 625 € 
   
Conseiller pénitentiaire d'insertion et de probation1 706 €2 917 €
   
Chef des services d'insertion et de probation2 062 €2 931 €
   
Directeur pénitentiaire d'insertion et de probation1 952 €3 788 €
   
Directeur fonctionnel des services pénitentiaires d'insertion et de probation2 936 €4 610 €
   
 

Les personnels d’insertion et de probation sont régis par le décret n° 2010-1636 du 23 décembre 2010 modifiant le décret n° 93-1114 du 21 septembre 1993, relatif au statut particulier du personnel d’insertion et de probation de l’administration pénitentiaire.

Le corps des conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation est régi par le décret n° 2010-1639 du 23 décembre 2010 portant statut particulier des conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation .

 

La filière des  personnels pénitentiaires d'insertion et de probation comportent actuellement trois corps et un statut d'emploi :

  • le corps des conseillers pénitentiaires d'insertion et de probation
  • le corps des chefs de service d'insertion et de probation (qui est "mis en extinction", c'est à dire qu'il ny a plus de recrutement dans ce corps)
  • le corps des directeurs pénitentiaires d'insertion et de probation
  • le statut d'emploi de directeurs fonctionnels des services pénitentiaires d'insertion et de probation

 

Voir la fiche-conseiller pénitentiaire d'insertion et de probation

 

Retour haut de page

 

Liste des articles

23 octobre 2014

LivechatCPIP

Des réponses en direct sur le métier de CPIP

Posez vos questions sur le métier de CPIP à Philippe Pottier, directeur de l'Enap, en direct, le 06 novembre sur Campus-Channel.


13 septembre 2013

crédit photo Ministère de la Justice

Dans la peau d'un conseiller d'insertion et probation

Perrine et Adeline, CPIP en milieu fermé et ouvert, reviennent sur les raisons qui les ont poussées à choisir ce métier, leurs missions au quotidien et leurs souvenirs les plus marquants. Elles donnent aussi quelques conseils aux candidats qui souhaitent passer le concours.


 
 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |