Ministère de la Justice
MÉTIERS
 
 

11 juillet 2011

Le juge des libertés et de la détention

Portrait de David Peyron, juge des libertés et de la détention au tribunal de grande instance de Paris

Créé en 2000, le juge des libertés et de la détention (JLD) intervient pour statuer sur la mise en détention provisoire d’une personne mise en examen et sur ses éventuelles demandes de mise en liberté. Il est chargé de sanctionner le non respect d’un contrôle judiciaire. Il autorise certaines perquisitions telles que les perquisitions effectuées en dehors des heures légales en matière de terrorisme et de criminalité organisée. Il autorise aussi des écoutes téléphoniques en enquête préliminaire. Il statue également sur le maintien des étrangers en situation irrégulière en zone d’attente ou en centre de rétention au-delà d’un certain délai. Il examine enfin la situation des personnes faisant l'objet de soins psychiatriques sans leur consentement.

Magistrat depuis 1979, David Peyron connaît bien la profession puisque qu'il a été successivement, après un passage au tribunal de grande instance de Troyes, juge d'instruction au tribunal de grande instance de Paris pendant treize ans, puis premier substitut chargé d'affaires financières au parquet de Paris. En 2004, David Peyron revient au siège en temps que conseiller à la cour d'appel de Paris et y demeure puisqu'il devient premier vice-président du tribunal de grande instance de Paris en janvier 2011 et se voit confier la direction du service JLD.

David Peyron, juge des libertés et de la détention au tribunal de grande instance de Paris

LA NAISSANCE D’UNE VOCATION

« La richesse du métier de magistrat est sa variété » affirme David Peyron. Et il est bien placé pour le savoir : à ce stade de sa carrière, il a endossé des fonctions variées au sein de la magistrature que ce soit au siège comme au parquet. C’est donc tout naturellement qu’il est devenu JLD : « Le poste de JLD, au cœur de la justice pénale et des ses contradictions, répond sans doute assez bien à mon expérience diversifiée des fonctions pénales ». 

 

UNE JOURNEE TYPE

David Peyron refuse de décrire une journée type de JLD car pour lui cela n’existe pas ! « Etre JLD, c’est exercer des fonctions très différentes selon les jours ou les semaines ». Toutefois, certains services JLD peuvent s’organiser en semaines de travail. C’est le cas au tribunal de grande instance de Paris où, sur dix semaines, quatre sont consacrées au contentieux de la détention provisoire, deux à celui de la rétention des étrangers en situation irrégulière et trois aux soins psychiatriques.

 

LES PRINCIPAUX PARTENAIRES AU QUOTIDIEN

Le juge des libertés et de la détention travaille avec quatre partenaires privilégiés : « Les greffiers d’abord, fidèles collaborateurs des magistrats quelles que soient les fonctions exercées ; les avocats ensuite, toujours présents pour défendre la liberté des personnes ; le procureur de la République, en charge de la poursuite des délinquants dans le respect du droit ; et enfin le Préfet de police, en charge de la défense de l'ordre public, tant pour les étrangers en situation irrégulière que pour certaines personnes hospitalisées pour troubles psychiatriques ».

 

SATISFACTIONS ET OBJECTIFS POUR L’AVENIR

« La fonction de JLD est passionnante mais aussi très lourde et exigeante ». En effet, le JLD doit toujours concilier deux exigences contradictoires que sont la liberté des personnes et la défense de la société. Cette recherche impartiale d'une certaine vérité - car la vérité absolue est inatteignable - est à la fois sa satisfaction et son objectif ultime.

 

Palais de justice de Paris

 
 
  


 Radio en ligne

Justice, les missions - Juge des tutelles

Justice, les missions - Substitut du procureur

Justice, les missions - Juge aux affaires familiales

Le rôle du juge de l'exécution

Le rôle du procureur général

Le juge de proximité, un citoyen au service de la Justice

 
 
| Contacter le ministère de la Justice | Mentions légales | Plan du site | Flux RSS | Répertoire des informations publiques | Gestion des cookies |